Plus on est de fous plus on s’aime

Jacky Durand, Plus on est de fous plus on s’aime, Stock, 2022

— Par François Lechat

Roger et Joseph, un repris de justice et un ancien cadre ravagé par un drame familial, découvrent un bébé abandonné sur une aire d’autoroute. Contre toute logique, ils décident instinctivement de l’adopter, alors qu’ils vivent dans la pauvreté et la clandestinité. Mais c’est que, dans ce coin perdu de Bourgogne, on a le cœur grand et des amis qui peuvent donner un coup de main sans poser trop de questions – à commencer par un savoureux psychiatre nommé Karl Marx.

De cette idée toute simple, Jacky Durand le bien nommé (c’est un auteur sans prétention, quoique chroniqueur culinaire pour Libé) tire un récit empathique et argotique, qui sent bon le terroir, l’amitié et le cœur des hommes – ainsi que des femmes, qui ne manquent pas de caractère. Il y a de l’humour, de la tendresse, quelques rebondissements et un sens aigu de l’humanité. Et même un malfrat qui veut se venger des mauvaises manières de Roger… On se croirait dans un vieux San Antonio, sans le machisme à courte vue de Frédéric Dard.

Catégorie : Littérature française.

Liens : présentation du roman chez l’éditeur. Par curiosité : Cuisiner un sentiment, de Jacky Durand, aux éditions de L’épure et Tu mitonnes sur le site de Libération.

La dernière fois que j’ai vu Adèle

Astrid Éliard, La dernière fois que j’ai vu Adèle, Mercure de France, 2019 (disponible en Folio)

— Par Florence Montségur

Marion gère difficilement l’adolescence de ses deux enfants : Adèle, qui ne lui parle plus ; Timothée, ses écouteurs toujours sur les oreilles. Lorsque Adèle disparaît, Marion est bien sûr dévastée. Et lorsque des attentats terroristes sont commis à Paris, l’angoisse monte encore d’un cran.

Des flash-backs vont nous donner progressivement accès à cette jeune fille pas comme les autres, puis la multiplication des narrateurs va éclairer sa personnalité en construisant petit à petit le sens de son absence. L’autrice a bien monté son roman et elle a du talent. Les lycéens ne s’y sont pas trompés en lui décernant un prix. Adèle est, finalement, un exemple explicatif de l’inexplicable, et Astrid Éliard a du mérite de s’être attaquée à pareilles souffrances.

Pour tout dire, quelque chose dans la psychologie m’a gênée. Peut-être l’extériorité de ce regard, un peu scolaire et dont l’émotion est un peu fabriquée. Mais c’est peut-être cela qui permet aux jeunes d’entrer dans l’histoire et de la lire jusqu’au bout.

Catégorie : Littérature française.

Liens : chez l’éditeur ; en Folio.

Mélodie pour un tueur

Frédéric Lenormand, Mélodie pour un tueur, J.C. Lattès, 2020

— Par Florence Montségur

Très doué pour l’ironie et le jeu de mot, Frédéric Lenormand sait décidément faire de sa connaissance du 18e siècle un badinage réjouissant. Dans cet opus de la série « Voltaire mène l’enquête », on assiste notamment à la rencontre entre Voltaire et Jean-Jacques Rousseau. L’exquise marquise du Châtelet fait évidemment partie de l’histoire, ainsi que Rameau, le compositeur, et quelques autres personnages célèbres comme La Pompadour ou Louis XV. Tous gentiment désacralisés.

Toujours aussi égocentrique, vaniteux, près de ses sous et hypocrite, Voltaire veut certes lutter contre l’intolérance mais mène une enquête dans son seul intérêt. Tradition de la série, il mangera à tous les râteliers, devra se déguiser, et traversera Paris en long et en large. Cette fois, nous irons aussi à l’Opéra, où des dames se pâment devant leur chanteur favori…

Lenormand nous transporte avec une aisance qui ne se dément pas dans un 18e siècle que l’on a l’impression de connaître. Ce roman cultivé et spirituel, très récréatif, est un des meilleurs « Voltaire mène l’enquête ».

Catégorie : Policiers et thrillers.

Liens : chez l’éditeur.

Bescherelle Poche Conjugaisons

Charlotte Monnier (éditrice), Bescherelle Poche Conjugaisons, Hatier, 2018

— Une brève de Florence Montségur

Parce que le présent de l’indicatif, c’est bien, mais d’autres conjugaisons subtiles méritent qu’on se souvienne d’elles, voici un petit livre qui ne détonnera dans aucune bibliothèque, sur aucun bureau, dans aucun cartable.

Les tables sont assorties de petites explications bienvenues. Le format est parfait. Une excellente référence « pour conjuguer vite et bien ».

Catégorie : Extras.

Liens : chez l’éditeur.

404

Sabri Louatah, 404, Flammarion, 2020 (disponible en J’ai Lu)

— Une brève de Florence Montségur

Des Français d’origine algérienne souffrant du racisme, différents par leur capacité de réussir, leurs valeurs, leur sentimentalité ; une femme (de droite) présidente de la République ; l’évolution incontrôlable de l’informatique. Voilà les ingrédients de ce roman un peu bavard et platement écrit au présent, mais fort, et dont l’auteur mérite d’être encouragé pour sa courageuse ambition de nous faire réfléchir à notre civilisation et à notre humanité.

Catégorie : Littérature française.

Liens : chez l’éditeur ; en J’ai Lu.

La vie devant soi

Noël 2021
Offrir, lire ou relire de grands classiques

Emile Ajar, La vie devant soi, Mercure de France, 1975

— Par Florence Montségur

La première chose que je peux vous dire c’est qu’on vivait au sixième à pied et que pour Madame Rosa, avec tous ces kilos qu’elle portait sur elle et seulement deux jambes, c’était une vraie source de vie quotidienne, avec tous les soucis et les peines.

Ce jeune garçon qui s’exprime au « je » va vous interpeller tout au long du récit qui vous apprendra à le connaître « si vous trouvez que ça vaut la peine ». Moi j’ai trouvé. Je l’avais lu d’une traite avec passion à l’époque (il venait de recevoir le prix Goncourt) et je l’ai relu avec admiration aujourd’hui.

Mohammed, cet enfant placé qui ne connaît pas son âge car il n’a « pas été daté » et dont la puberté débarque sans prévenir, décrit son monde : le quartier de Belleville, entre Noirs, Arabes et Juifs, Madame Rosa, traumatisée par Auschwitz, les enfants de putains qu’elle garde pour gagner sa vie, et des personnages de toute sorte, dont Madame Lola, une travestie « qui travaillait au Bois de Boulogne et qui avait été champion de boxe au Sénégal ».

Que sait Momo de la vie ? Il en sait assez pour nous remettre à notre place, nous qui nous apprêtions à le trouver mignon, avec son français mal maîtrisé et sa naïveté apparente. Il nous immerge dans le souvenir de la Shoah, le racisme, la misère dans ses versions pécuniaire, physique et morale, l’entraide cependant, la responsabilité, l’amour enfin, celui qui n’a pas besoin de s’appeler comme ceci ou comme cela pour exister.

Ce roman beau, drôle et pathétique, stylistiquement sans pareil, est un des chefs-d’œuvre de Romain Gary, qui s’est bien moqué des critiques qui le croyaient fini ou incapable d’encore créer la surprise.

Catégorie : Littérature française.

Liens : La vie devant soi en Folio ; un résumé de l’affaire Emile Ajar ; une bonne biographie de Romain Gary ; deux articles des Yeux dans les livres dans lesquels vous le retrouverez : Romain Gary s’en va-t-en guerre et Un certain Monsieur Piekielny.

À travers Coline

Marianne Ajac, À travers Coline et autres textes courts, short-edition.com, 2021

— Une brève de Florence Montségur

Dans Canicule et Heket et Tara (à lire dans cet ordre), des situations familières s’inscrivent dans le climat du futur. H. et Marie-Mercredi raconte une étrange rencontre… Mais ma préférée est À travers Coline. Le talent de l’autrice s’épanouit dans cette variation poétique et symbolique sur l’âme.

À découvrir si vous aimez le court, la poésie et le surréalisme.

Catégorie : Nouvelles et textes courts.

Liens : Les textes de Marianne Ajac sont regroupés ici sur short-edition.com.

La griffe du chat

Sophie Chabanel, La griffe du chat, Seuil, 2018 (disponible en Points)

– Par Florence Montségur

Ne vous fiez pas au mauvais titre de ce roman ni à son début, qui voit une femme pleurer la perte de son chat à côté du cadavre… de son mari. On pourrait craindre un ton grand-guignol ou un genre gnangnan, mais Sophie Chabanel entame là un vrai roman policier, sans prétention mais qui n’a rien à envier à certains auteurs à succès. L’intrigue est efficace sans vous mettre dans tous vos états (c’est un policier, pas un thriller) et se poursuit sans faiblir, au contraire, jusqu’à la résolution finale. Un peu d’humour et un féminisme qui n’a pas besoin de se crier sur tous les toits donnent une épaisseur délicate à cette histoire qui se passe dans le Nord. La commissaire Romano, vingt-cinq ans d’expérience, de la personnalité juste ce qu’il faut, humaine, imparfaite, réaliste, est affublée d’un adjoint qui a des valeurs et d’un lieutenant pas très futé, tous deux bien campés. Voilà une équipe qui pourrait durer : on serait bien content de retrouver les personnages comme le style — fluide, facile, agréable — dans une autre aventure.

Pour celles et ceux qui en ont marre que les flics aient nécessairement des c…

Catégorie : Policiers et thrillers.

Liens : au Seuil, en Points.

Tout meurt en une seconde

Clair Gauffenic, Tout meurt en une seconde, short-edition, 2021

— Une brève de Florence Montségur

Je prends de temps en temps quelques minutes pour me rendre sur short-edition.com. Et c’est avec grand plaisir que j’ai découvert le Grand prix du court de ce printemps 2021. Une très bonne nouvelle qui se lit en trois minutes.

J’ai aussi bien aimé Incendie, de Thomas Potier — un clin d’oeil à ceux et celles qui aiment les livres.

L’avantage des sites éditeurs de nouvelles : le plaisir est régulièrement renouvelé !

Catégorie : Nouvelles.

Liens : short-edition ; sans oublier le site de nouvelle-donne, dont Brigitte est directrice de publication et qui recèle aussi de bons textes pour les amateurs de court.

L’offrande grecque

Philip Kerr, L’offrande grecque, Seuil, 2019 (disponible aux éd° Points)

— Par Florence Montségur

À la fin des années 1950, l’Allemagne est encore toute chamboulée : reconstruction et reprise économique, mais remise en liberté d’anciens nazis, suspicion généralisée, et malaise de ceux qui, comme l’ex-commissaire berlinois Bernie Günther, n’ont jamais été nazis mais ont eu l’air de l’être. Sous un faux nom et affublé d’une barbe de circonstance, le héros de Philip Kerr fait profil bas et tente de s’inventer une vie nouvelle. Mais chassez le naturel et il revient au galop. Bernie Günther se retrouve à enquêter en Grèce pour des Allemands — Grèce où les Allemands ont laissé de très mauvais souvenirs. Le contexte historique, fouillé et réaliste, s’assortit des comportements typiques de l’époque, un monde masculin que rend très bien l’auteur, avec ce Bernie Günther qui boit comme un trou, fume comme un pompier et ne voit pas les femmes comme on aimerait aujourd’hui que les hommes les voient. Si on ajoute à cela les stéréotypes qu’ont sans gêne les peuples les uns au sujet des autres, un lecteur qui ne serait pas prêt à vraiment se plonger dans l’époque pourrait être choqué. Mais le livre vaut la peine. Il est bien fichu, saupoudré d’humour, facile à lire, et il serait difficile de l’abandonner avant la fin. De plus, la personnalité du héros, qui se dessine à la fois très clairement et en laissant des zones d’ombre sur son passé, donne envie de retourner en arrière, aux premiers romans que Philip Kerr a consacrés à Bernie Günther. Mais la lecture de cet opus-ci, qui est le treizième, ne souffre pas que l’on rencontre éventuellement le personnage pour la première fois. Ça met plutôt l’eau à la bouche. C’est d’ailleurs Pierre qui, sur Les yeux dans les livres, a fini par me donner envie d’y goûter (merci !). Vols, fraudes, meurtres, menaces ; caractères de différents types ; imprévus et rebondissements, tous les ingrédients s’y trouvent, dans un cadre documenté et avec assez d’humour, dans le genre cynique, pour qu’on passe un très bon moment.

Catégorie : Policiers et thrillers (Grande-Bretagne). Traduction : Jean Esch.

Liens : au Seuil ; aux éd° Points. ; le site officiel de l’auteur.

Noël 2020 – Et si on se laissait un peu aller ?

Mathias Malzieu, Le plus petit baiser jamais recensé, Flammarion, 2013 (disponible en J’ai Lu)

— Par Florence Montségur

Vous ne pourrez pas fêter Noël comme vous le voudriez, c’est le début de l’hiver, vous ressentez cette lassitude qui vous ferait vous pelotonner sous un plaid, et vous résistez bravement à l’envie de regarder sur une chaîne grand public un de ces films de saison où des adultes croient que le Père Noël existe et s’embrassent à la fin ? Lisez Le plus petit baiser jamais recensé. Vous y trouverez le même réconfort – tout en ayant l’alibi d’étudier l’influence de Lewis Carroll sur Mathias Malzieu. Ce texte, poétique et d’une fluidité exceptionnelle, avancera tout seul entre vos mains.

Un vieux détective aux cheveux et à la barbe de nuages, un perroquet magique, un trou d’obus dans le coeur, des billets doux adorables et un peu sexuels, voilà les ingrédients de ce conte dans lequel un « inventeur-dépressif » a embrassé une fille et – pouf­ ! – elle est devenue invisible !

Catégorie : Extras (saisons).

Liens : chez l’éditeur.

Noël 2020 – Quels livres offrir ? Quelques conseils pour ne pas vous tromper

— Par Florence Montségur

Offrir un livre, oui, mais attention ! Par les temps qui courent, mieux vaut marcher sur des oeufs.

D’ailleurs, commençons par les livres de cuisine. Quelle abondance de recettes véganes ou minceur ! Évitez. Quand on est confiné, on bouge moins, on prend du poids… Ne prenez pas le risque de le/la vexer. Offrez-lui un livre de chef ou de cheffe, comme le tout récent livre d’Hélène Darroze ou celui de Stéphanie Le Quellec.

Attention aussi aux beaux-livres. En particulier ceux dont on lit surtout les images (!) et qui nous vantent la beauté de paradis sur Terre (ou ne serait-ce qu’en France)… paradis qu’on n’aura pas de si tôt la possibilité de visiter. Réservez les beaux-livres aux optimistes ! Par exemple Wildlife Photographer of the Year 2020, belle édition des 100 meilleures photographies de la nature sauvage sélectionnées par le jury du concours du même nom (Londres). Ci-dessus, « L’étreinte », de Sergey Gorshkov (tigresse de Sibérie). Nous, nous n’en sommes pas encore là, mais peut-être que dans quelque temps…

Méfiez-vous également des livres supposés correspondre à ses goûts. Elle aime la danse, oui, mais un livre sur la danse lui rappelle que ses pointes sont au clou parce que l’école est fermée. Ne retournez pas le couteau dans la plaie. Surtout que quand elle fait des entrechats dans l’appartement, les voisins du dessous rouspètent. Proposez aux jeunes ce livre sur Matisse qui les encouragera peut-être à peindre et à faire de savants collages. À partir de 8 ans. Les voisins du dessous devraient vous remercier.

Pour les intellectuels, il y a beaucoup de biographies de qualité qui sont sorties cette année. Attention cependant ! Comme les intellectuels lisent déjà beaucoup et encore plus quand ils sont confinés, assortissez votre cadeau de quelque chose de vivant. Par exemple, déclamez du Baudelaire en offrant l’excellente biographie de Jean Teulé. (Répétez bien avant de vous lancer.)

Enfin, attention aux livres amusants, recueils de blagues, enfileurs de perles et autres bêtisiers. Réservez-les uniquement à ceux qui n’ont pas internet ou boycottent les réseaux sociaux, parce que les autres en ont soupé (le covid, le président des États-soi-disant-unis…). Offrez plutôt un album qui plongera votre lecteur dans un univers délicieusement régressif, amusant et touchant, comme celui du Petit Spirou. Et là, vous pouvez être thématique :

Sinon, s’il ou elle a le coeur bien accroché et des convictions profondes, offrez-lui Impact, d’Olivier Norek.

Les livres dont il est question dans cet article peuvent être commandés chez un libraire.

Les fables de la Fontanel

Sophie Fontanel, Les Fables de la Fontanel, Robert Laffont, 2020

Par Florence Montségur.

 

Mais que sont donc ces fables ? Des moments polissons,

Des récits tout en joie dont la fin a du fond

(Pas des fonds de culotte, dirait la Fontanel,

Mais ce mot, je l’assume, est de moi et pas d’elle),

Des récits qui rimaillent. Mais la science des vers

C’est d’amuser l’oreille, et s’ils ne sont pas clairs,

Si le rythme est bancal, la lecture est troublée.

Or si la Fontanel est habile à croquer

Des problèmes charnels, des désirs maladroits,

Des membres trop petits ou bien pas assez droits,

Des idées toutes faites qui pourrissent la vie,

De grands malentendus et de petits ennuis,

Des passions flétries, des ratés du caleçon,

Ses vers laissent perplexe. Et quant à ses leçons

Certaines sont subtiles mais d’autres sont forcées.

Bref, l’intention de peindre et aussi d’amuser

En fait des fables drôles… et des textes moyens.

(Réservés aux adultes — Tu entends, galopin ?)

Catégorie : Extras.

Liens : chez l’éditeur.

Des histoires pour cent ans

Grégory Nicolas, Des histoires pour cent ans, Rue des Promenades, 2018 (existe en Pocket)

Par Florence Montségur.

C’est la Bretagne, patrie de l’auteur, qui sert de décor à ce court roman. Et, de fait, cela sent le récit de famille, de ces récits qui évoquent la guerre avec simplicité, dans ce que la lâcheté et l’héroïsme peuvent y avoir eu d’un peu banal. La narration est factuelle, simple, directe, elle dit les événements et les ressentis sans fioritures inutiles. On est dans le vrai. La première partie de l’ouvrage, qui se déroule durant la Seconde Guerre Mondiale, est ainsi très réussie. Et l’amitié y tient bonne place, ce qui procure au lecteur un optimisme bien agréable.

La suite développe l’idée que les générations qui se suivent sont liées de façon très intime. Les histoires de famille se transmettent, les secrets se dévoilent ou se perdent définitivement dans le silence, mais les petits-enfants héritent des valeurs de leurs aînés, parfois de leurs goûts et, en raison des récits qu’on leur en a fait, la peur de la guerre les étreint. Après un passage bien construit mais moins intéressant, l’auteur fait vivre à ses personnages un événement qui crée un lien de continuité entre les générations. C’est une bonne idée, quoi qu’on puisse penser du choix qu’il a fait – dont je ne peux rien dire ici.

J’avoue m’être par moments perdue dans les personnages, l’auteur ne donnant pas les noms de famille et présentant de la même façon personnages principaux et secondaires (dans nombre de cas, il ne faut pas essayer de retenir qui est qui, c’est sans intérêt, mais on ne le comprend qu’après en avoir fait l’effort).

La première partie vaut donc vraiment la peine ; moins la seconde, si ce n’est pour l’évocation de ce qu’il peut rester des histoires familiales et des récits de guerre après deux ou trois générations.

Catégorie : Littérature française.

Liens : chez l’éditeur.

Cadavre, vautours et poulet au citron

Un petit extra pour fêter la fin prochaine du confinement (du moins on l’espère) : trois critiques de textes un peu plus anciens que d’habitude, et un coup de gueule.

Guillaume Chérel, Cadavre, vautours et poulet au citron, Michel Lafon, 2018 (disponible en J’ai Lu)

Par Florence Montségur.

Voilà un roman fait par un homme, sur des hommes et pour des hommes – de préférence de plus de soixante ans. C’est un enfant de Frédéric Dard, qui n’égale pas son modèle mais qui peut donner la nostalgie d’une certaine littérature. En tout cas, ça boit énormément, ça se castagne et ça va aux putes. Une certaine vision de la masculinité… Accessoirement, il y a une (assez vague) enquête, qui nous transporte en Mongolie, mais pour nous désigner les Mongols comme des brutes et rien de plus. Dans les moments où le héros se retrouve dans la steppe avec sous les yeux ce paysage magnifique qu’on voit dans les reportages et sur les dépliants touristiques, il passe justement une nuit torride avec une Russe. Et pour comble, à la fin, il se fait justice lui-même. Et pas tendrement.

J’ai donc réussi à terminer ce livre, mais ça me laisse perplexe. Hommes, défendez-vous ! Vous valez mieux que ça !

Pour faire court, il faut lire jusqu’à la page 77, puis reprendre page 153 (si vous voulez passer par la nuit torride) ou directement page 190 (les pages 190-191 résument très bien ce qui précède), puis éviter le dernier chapitre si vous voulez garder quand même un bon souvenir du héros-narrateur – qui essaie d’arrêter de boire, laissons-lui cette qualité.

Ajoutons que quand on lit les remerciements on ne peut qu’être sidéré devant la quantité de fautes d’orthographe qui subsistent après toutes les relectures qui ont eu lieu.

Il faut de la place pour tout le monde… mais comment ne pas pousser un coup de gueule ?

Catégorie : Policiers et thrillers.

Liens : chez l’éditeur et en J’ai Lu (où vous pourrez feuilleter quelques pages).

Un Site WordPress.com.

Retour en haut ↑