La vie parfaite

Silvia Avallone, La vie parfaite, Liana Levi, 2018

Par Sylvaine Micheaux.

Un roman que j’ai vraiment aimé, attachant mais dur.

Nous sommes à Bologne, de nos jours, dans la cité des Lombriconi (des lombrics), deux immenses barres très longues entourées de sept tours. Cette cité, on y nait et on y reste, ou on y arrive suite à des accidents de la vie. Rosaria était douée pour l’école, allait faire des études, mais elle croise un beau gosse, un voyou (la Mafia n’est jamais loin). À 17 ans, elle est enceinte d’Adèle et bientôt de Jessica, et son mari se retrouve en prison. Même si elle doit se tuer au travail, ses filles feront des études et auront une vie parfaite ! Mais l’histoire se répète pour Adèle et ce roman commence quand celle-ci accouche dans des circonstances terribles. Va-t-elle garder cet enfant ?

Dans les beaux quartiers, il y a Dora, la prof de littérature, et Fabio, l’architecte. Tout semble aller bien pour eux mais la vie ne leur a pas fait de cadeaux non plus et leur couple se déchire dans l’impossibilité d’avoir un enfant.

Les deux mondes se croisent mais ne se mélangent jamais. Il y a beaucoup de personnages, de portraits d’ados et d’adultes, sans concession mais attachants. Ils aspirent au bonheur (pour eux ou leur famille) — quand ils n’ont pas déjà abandonné tout espoir.

Un roman réaliste, très humain, où les hommes n’ont pas toujours le beau rôle, où on retrouve les mamas italiennes qui se battent comme elles peuvent pour leurs enfants. Car le thème principal est la maternité, follement désirée ou au contraire subie.

Une belle chronique sociale, sans pathos.

Catégorie : Littérature étrangère (Italie). Traduction : Françoise Brun.

Liens : chez l’éditeur.

Looping

Alexia Stresi, Looping, Stock, 2017 (aussi en Livre de Poche)

Par Catherine Chahnazarian.

Noélie, née sans père au tout début du XXe siècle dans un milieu paysan pauvre et taiseux, quelque part en Italie, va connaître le déracinement, changer de mondes, changer de vies, et imposer sa personnalité aux événements. Forte, la personnalité. Elle va croiser la route de toutes sortes de gens, de poules aussi ! et aimer de tout son être. Par un enchaînement haletant de phrases courtes, Alexia Stresi, qui est française mais écrit là un roman italien dont on s’étonne qu’il ne soit pas rédigé dans cette langue, mène rondement son récit. Le décor, l’Italie fasciste et coloniale notamment, situe la vie de Noélie avec précision, l’agrandit et rend ce récit intéressant pour cet angle de vue sur l’Histoire auquel nous ne sommes pas spécialement accoutumés.

Je reste ambivalente cependant. Car, jusqu’à la moitié du livre environ, on dirait le récit basé sur des faits réels, la narratrice retraçant avec autant de tendresse que de fidélité la vie de Noélie, sa grand-mère ; se concentrant sur les événements principaux comme seule une petite-fille qui a écouté les récits de famille peut le faire ; et accordant juste ce qu’il faut de place au romancé pour que l’ensemble soit fluide et agréable à lire, touche et donne envie de savoir ce qu’il va encore se passer par la suite. Mais tout est inventé et l’on est alors amené à se dire que l’auteure imite parfaitement bien le genre biographique… mais en fait un peu trop, puis décidément vraiment trop. L’on accepte volontiers que la réalité dépasse la fiction, mais l’inverse n’est pas vrai. Un dénouement est supposé donner sens à la démarche adoptée – mais cela ne suffit pas et l’auteure s’est livrée à un jeu dangereux car le lecteur pourrait lâcher le livre avant la fin.

Je ne suis donc pas conquise, mais il y a des trouvailles, le rythme est excellent, j’ai trouvé du talent à Alexia Stresi dont c’est le premier roman.

Catégorie : Littérature française.

Liens : chez Stock, au Livre de Poche. Sur Youtube, l’auteure en parle très bien, mais en racontant tout, ou presque, comme le font d’ailleurs les résumés des deux maisons d’éditions. A éviter donc si vous pensez lire le livre (250 pages en Poche), sinon ce n’est plus la peine.

Un site WordPress.com.

Retour en haut ↑