Le signal

Maxime Chattam, Le Signal, Albin Michel, 2018 (existe en Pocket)

Par François Lechat.

Je ne suis pas un familier des thrillers fantastiques. J’ai acheté celui-ci pour découvrir Chattam, et parce que l’éditeur annonçait que, avec ce roman, j’allais enfin avoir « VRAIMENT PEUR » en lisant un livre.

Alors oui, forcément, on a peur devant tant de morts atroces perpétrées par des créatures… dont je ne vous dirai rien. Mais, honnêtement, la peur ne dure pas, car on a vite compris de quoi il retourne, au point de sentir le danger dès les premières lignes des scènes qui vont basculer dans l’horreur. Pour autant, ces 900 pages (en Pocket) se lisent d’une traite, car on a envie de savoir jusqu’où l’auteur ira, et quelle explication il donnera à ces meurtres étranges. Et puis les personnages sont attachants, et le décor, très américain, fort bien planté.

Reste que l’explication finale paraît un peu facile, et que l’auteur, tout à son imagination morbide (dans le genre, il a du talent), ne soigne pas son style et n’évite pas les maladresses. A lire pour ce que c’est, donc : un thriller de vacances, qu’on ne lâche pas avant la fin, puis qu’on passe au voisin s’il a envie, lui aussi, de se délasser.

Catégorie : Policiers et thrillers.

Liens : chez l’éditeur ; en Pocket.

Un site WordPress.com.

Retour en haut ↑