Triangle à quatre

Matthieu Jung, Triangle à quatre, Anne Carrière, 2019

Par François Lechat.

Au fond, le titre dit tout. Des triangles amoureux, on en a connu des milliers dans la littérature, et sur la forme, celui-ci n’a rien de remarquable – ni rien d’affligeant. C’est simple, prenant, concis, réaliste, bien mené et sans originalité, avec de bons dialogues et un style direct et impersonnel, juste marqué par une petite tendance aux détails superflus. Une lecture de plage, en somme, dont tout le prix tient dans le quatrième angle du triangle : ici, l’héroïne tombe amoureuse d’un homme marié parce qu’elle est persuadée qu’après une greffe il porte le cœur de son défunt époux. Cela pimente le propos, qui ne dédaigne pas quelques polissonneries tout en ne versant pas dans le vulgaire. Pour autant, la fin n’a rien de très original, et si les personnages secondaires sont bien croqués, on peut les juger stéréotypés. Un roman de plage, je le répète, à s’offrir si l’on est sensible à l’argument principal.

Catégorie : Littérature française.

Liens : chez l’éditeur.

Un site WordPress.com.

Retour en haut ↑