Un hiver à Paris

Jean-Philippe Blondel, Un hiver à Paris, Buchet/Chastel, 2015

Par Anne-Marie Debarbieux.

Elève dans le milieu très élitiste et impitoyable d’une classe préparatoire littéraire parisienne, Victor, d’origine modeste et provinciale, se sent aussi éloigné de sa famille que des étudiants issus de l’élite de la bourgeoisie parisienne et cultivée dont il n’a pas les codes. Il reste très seul, sans véritable ami, jusqu’à ce qu’au début de la seconde année, il sympathise avec Matthieu qui vient d’arriver en première année. Mais à peine cette relation est-elle ébauchée que Matthieu se suicide au sein même du lycée. Seul témoin du drame et propulsé au statut de seul élève proche du défunt alors qu’il n’avait pas encore eu le temps de le connaître vraiment, c’est vers lui que convergent tous les regards. Sa vie prend alors un tour nouveau : d’abord aux yeux des autres étudiants, il sort de l’anonymat, se sent enfin reconnu et se met à « exister ».

Mais surtout c’est vers lui que convergent toutes les questions dont il n’a pas les réponses, car évidemment personne ne sort indemne d’un tel événement. Pourquoi se suicide- t-on à 18 ans au sein du lycée ? A cause de l’humiliation infligée par l’ironie cinglante d’un professeur ? Cette explication ne suffit pas et Victor est pris à partie par les uns et les autres (et en particulier par le père de Matthieu), il devient dépositaire de confidences qui l’envahissent sans vraiment le concerner, de questionnements qui anticipent une expérience de la vie qu’il n’a pas encore acquise en dépit de sa maturité intellectuelle, de sa sensibilité et de sa lucidité. Il se trouve face à des adultes démunis, désemparés, et parfois manipulateurs, qui attendent de lui une analyse que cette relation d’amitié à peine ébauchée ne peut fournir. Lire la suite « Un hiver à Paris »

La mise à nu

Jean-Philippe Blondel, La mise à nu, Buchet-Chastel, 2018

Par Anne-Marie Debarbieux.

Louis arbore une sorte de « résignation souriante » au seuil d’une fin de carrière d’enseignant apprécié de tous, dans une petite ville de province. Discret mais sociable, il est néanmoins marqué par la solitude engendrée par son divorce et l’éloignement de ses deux filles devenues adultes. Surgit alors l’inattendu : l’invitation d’un ancien élève, devenu peintre renommé, au vernissage de sa nouvelle exposition. Flatté, intrigué, surpris, Louis reprend ainsi contact avec Alexandre dont il ne gardait nul souvenir marquant. L’élève jadis réservé, aujourd’hui célèbre, ose enfin dire à son ancien professeur toute l’admiration de l’adolescent qu’il fut et lui demande d’accepter de poser pour lui.

S’instaure alors entre les deux hommes que pourtant tout sépare, âge, milieu social, itinéraire personnel, mode de vie, une étrange relation, à la fois forte et fragile, confiante et distante, amicale et ambigüe, mais qui permet à Louis de dérouler progressivement le film de sa vie et d’en relire les principaux épisodes avec ce mélange de nostalgie des bonheurs passés et de regret des élans et désirs qui sont restés en jachère, inachevés, ou abandonnés.

Il s’agit donc d’un roman intimiste et pudique où chacun des deux protagonistes se dévoile et se cache à la fois, d’une mise à nu ébauchée dans tous les sens du terme, puisque le récit s’organise autour des réflexions de l’un et de la peinture de l’autre, mêlant ainsi habilement deux modes d’expression et deux manières de se chercher et de se dévoiler.

Sans être vraiment un chef d’œuvre, ce roman bien construit séduit le lecteur jusqu’à la dernière page.

Catégorie : Littérature française.

Liens : chez l’éditeur.

Un site WordPress.com.

Retour en haut ↑