Changer l’eau des fleurs

Valérie Perrin, Changer l’eau des fleurs, Albin Michel, 2018

Par Brigitte Niquet.

A priori, je me méfie des gros pavés (554 pages), surtout quand  la 4e de couverture nous dit qu’il s’agit de « l’histoire intense d’une femme qui, malgré les épreuves, croit obstinément au bonheur ». Aïe aïe aïe, c’est mal parti. Mais j’essaie quand même, l’auteure étant auréolée du succès de son précédent et premier livre Les oubliés du dimanche, et se trouvant par ailleurs être scénariste de plusieurs films de Lelouch.

Lelouch, la référence n’est pas anodine. Personne n’a oublié sûrement Jean-Louis Trintignant et Anouk Aimée, tous deux veufs d’époux très aimés, se cherchant, se trouvant, se perdant, puis se retrouvant dans une valse éperdue sur la plage du Touquet. Si vous avez aimé Un homme et une femme, vous aimerez Changer l’eau des fleurs. Ici, la femme s’appelle Violette et si l’histoire est très différente, le postulat est le même : on peut survivre à tout, on peut même prétendre encore au bonheur quand on a la vie chevillée au corps et que l’on sait voir l’immuable beauté des choses (celle des fleurs en particulier) derrière les mauvais coups du destin. De plus, Violette est gardienne de cimetière, ce qui n’est pas censé faciliter la résilience, mais favorise l’empathie avec les endeuillés qui fréquentent son domaine et viennent chercher chez elle la tasse de thé, la part de gâteau, et surtout l’oreille attentive dont ils ont tant besoin.

Tout cela pourrait être simplement l’objet d’un roman sentimental parmi d’autres, mais il se passe beaucoup de choses dans ce livre (en particulier l’enquête sur « l’accident » qui a coûté la vie à quatre enfants et qui est menée comme dans un thriller), il est écrit d’une très jolie plume et farci de non moins jolies citations empruntées aux inscriptions gravées sur les tombes, aux poètes et surtout aux chanteurs, Brel en tête suivi de près par Brassens et bien d’autres, la conclusion étant laissée à Vincent Delerm avec La vie devant soi. Tout un programme !

Ah, j’oubliais, Violette est aussi une fervente lectrice de John Irving (L’œuvre de Dieu, La part du diable est son livre de chevet, cent fois relu) et l’on sait gré à Valérie Perrin de nous rappeler, accessoirement, que ce romancier est l’un de nos plus grands auteurs contemporains et Le monde selon Garp, par exemple, un chef-d’œuvre qui mérite sa notoriété.

Catégorie : Littérature française.

Liens : chez l’éditeur.

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.

Un site WordPress.com.

Retour en haut ↑