Est-ce que tu danses la nuit…

Christine Orban, Est-ce que tu danses la nuit…, Albin Michel, 2020

Par Brigitte Niquet.

Avec le corps qu’elle a (sorti en 2018) ne m’avait pas spécialement emballée. Je n’avais pas remarqué en entamant Est-ce que tu danses la nuit  qu’il s’agissait de la même auteure et c’est tant mieux, car j’aurais pu avoir un préjugé défavorable et c’eût été dommage.

Les deux livres ont en commun une relative minceur de l’argument. Le premier faisait état de la goujaterie d’un homme qui sous-entend qu’une femme bien roulée n’a pas besoin de se piquer d’écrire pour se faire une place au soleil. Bon, pas de quoi nourrir vraiment 200 pages. Le deuxième est plus riche, à la fois par son thème et par une plus grande originalité de l’écriture.

Le thème d’abord. « Je voulais raconter l’histoire d’une attirance irrésistible. Raconter l’échec de la morale confrontée au désir. Raconter un amour déplacé », dit l’auteur en 4e de couverture. Ce n’est pas très nouveau depuis qu’une certaine Phèdre est passée par là, mais il y a trente-six manières d’aborder le sujet. Ici, une très jeune fille (Tina, 17 ans) est plus ou moins amoureuse d’un de ses congénères, Marco, même âge. Rien de très original, donc. Mais les choses vont changer quand Marco présente sa petite amie à son père, Simon, veuf de fraîche date qui traîne un peu partout ses guêtres et sa morosité mais retrouve instantanément goût à la vie en découvrant Tina, dont il tombe follement amoureux – on pourrait dire « et réciproquement », même si Tina met plus de temps à accepter ces sentiments nouveaux pour elle et ce qu’ils impliquent. Nous apprendrons peu à peu toute l’histoire et son dénouement par le biais de Tina qui, 20 ans plus tard, retrouve dans une cachette secrète à la fois son journal et les lettres qu’elle envoyait à Simon. Les chapitres alternent donc entre extraits du journal, extraits des lettres, mais aussi interventions « en direct » de Tina et de Simon par le biais des souvenirs, ce qui donne à l’écriture un caractère très particulier et nous attache aux deux personnages principaux (Marco n’est guère qu’un figurant) au point que nous n’aurons de cesse de connaître l’issue de leur passion « interdite », issue que l’auteur, bien sûr, ne dévoile qu’à la toute fin. Mais en dehors du suspense, c’est l’évolution de cette passion et la finesse avec laquelle elle est analysée qui méritent toute notre attention.

Catégorie : Littérature française.

Liens : chez l’éditeur.

Un commentaire sur “Est-ce que tu danses la nuit…

Ajouter un commentaire

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.

Un site WordPress.com.

Retour en haut ↑