Le fils

Philipp Meyer, Le Fils, Albin Michel, 2014 (disponible en Poche)

Par François Lechat.

Un roman intelligent, passionnant, impressionnant — et exigeant. Pas tant par le vocabulaire (d’une grande richesse pour décrire la vie au Texas et chez les Comanches) que par le jeu des allusions et des ellipses qui contraint le lecteur à comprendre à demi-mot, à deviner les motivations ou les actes que l’auteur ne veut pas décrire platement. Si l’on joue le jeu, on apprécie cette retenue qui évite d’en rajouter à des événements qui sont déjà hors normes. Car ce roman épique et distant raconte près de deux siècles de la vie d’une famille de Texans confrontée aux Indiens, aux Mexicains, aux concurrents de tous bords et à la transformation d’une société agraire en un gigantesque champ de pétrole. C’est dur, précis, haletant, formidablement organisé autour de trois récits qui alternent, s’imbriquent et se font écho, chacun centré sur une génération différente. Avec de beaux personnages de femme dans un monde d’hommes, et toute la gamme des attitudes que provoque la nécessité de survivre dans une contrée où la violence fait loi.

Catégorie : Littérature étrangère anglophone (USA). Traduction : Sarah Gurcel.

Liens : chez Albin Michel.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.

Un site WordPress.com.

Retour en haut ↑