Fugitive parce que reine

Violaine Huisman, Fugitive parce que reine, Gallimard, 2018

Par Brigitte Niquet.

Une mise en garde pour commencer : ne vous fiez pas au titre qui peut laisser craindre (ou espérer) un énième roman historique, les souveraines ayant été quelques-unes à fuir ou à tenter de fuir leur royaume pour survivre. Or il n’est question ici ni de fugitive ni de reine mais d’une femme tout de même hors du commun, Catherine, flamboyante, insupportable voire odieuse, maniaco-dépressive (on ne disait pas encore « bipolaire »), qui ne règne par rien d’autre que sa beauté, son intelligence et son talent et ne fuit rien d’autre que ses propres démons. Il paraît que ce titre est « proustien ». Ceux qui ont suffisamment lu À la recherche du temps perdu  apprécieront sans doute mais il est permis de penser que, sur un sujet voisin, le duo Delphine de Vigan/Bashung avait fait beaucoup mieux avec Rien ne s’oppose à la nuit.

Cela dit, pour un premier roman, c’est une véritable réussite, à condition d’aimer la violence des sentiments quand elle est portée par un langage ordurier, d’une crudité et d’une vulgarité peu communes, du moins dans les cent premières pages où la narratrice (Violaine, la fille aînée de Catherine) narre les délires de sa foldingue de mère « à chaud », bruts de décoffrage. Un petit échantillon au hasard ? Catherine réagit en ces termes aux cadeaux somptueux que lui fait son mari, éperdument amoureux mais incapable de lui être fidèle : « Tu sais ce que j’en fais de tes fleurs, de tes fringues, de tous ces cadeaux ? Je me torche avec, voilà ce que j’en fais. Y’a peut-être écrit conne sur mon front mais y’a pas écrit pute sur mon cul », ou qui qualifie sa vie de « bordel de merde de chierie de bordel à cul ». Et ainsi de suite pendant les 100 pages de la 1e partie.

On commence à se dire que 140 de plus dans ce style, ça va quand même être difficile quand le ton change. Dans la 2e partie, Catherine est morte, usée par ses excès en tout genre, et son aînée, bien loin de lui en vouloir de les avoir malmenées, voire maltraitées (bien qu’adorées) sa sœur et elle pendant toutes ces années, décide qu’il est temps de rendre à sa mère l’hommage que méritent son courage, son énergie et sa force de résilience, et de raconter l’histoire autrement. Après tout, « la vérité d’une vie n’est jamais que la fiction au gré de laquelle on la construit ». On rembobine donc le film et on recommence, depuis la naissance de Catherine en 1947, « un premier avril, tu parles d’une plaisanterie », jusqu’à sa mort qu’elle a failli provoquer elle-même en 1989 mais qui n’arrive que 20 ans plus tard car « on n’a pas le droit de baisser les bras, ces bras qui entourent pour donner de l’amour à nos enfants quand ils appellent au secours ». Admirable déclaration qui justifie l’amour inconditionnel que lui ont porté ses filles en dépit de tout et qui a motivé l’écriture de ce livre. On l’aura compris, il n’est pas à mettre entre toutes les mains mais il laisse un écho durable dans la mémoire des lecteurs qui s’y sont essayés.

Catégorie : Littérature française.

Liens : chez l’éditeur.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.

Un site WordPress.com.

Retour en haut ↑