La danse de la mouette

Andrea Camilleri, La danse de la mouette, Fleuve noir, 2014 (existe en Pocket)

Stylo-trottoir : femme, une petite trentaine d’années, dans un café.

Camilleri est un auteur prolifique : une centaine d’oeuvres ! dont toute une série avec le commissaire Montalbano comme personnage principal. Vous le connaissez peut-être à travers la série télévisée diffusée en italien sur la RAI puis en français sur France 2 ou France 3.

« Mais moi je n’aime pas trop l’acteur qui joue le commissaire à la télé, explique la jeune femme. Je le vois plus beau que ça, plus de charme, plus italien, aussi. Je préfère de loin lire les livres, et La danse de la mouette est un des meilleurs. Il y a tous les ingrédients : une disparition (celle d’un de ses brigadiers), du suspense, de la séduction, de l’humour… Il paraît que c’est mieux en italien, mais moi ça me va. On est dedans, c’est vivant, ça remplit bien son rôle de divertissement. »

Catégorie : Policiers et thrillers (Italie – Sicile). Traduction : Serge Quadruppani.

Liens : au Fleuve noir ; en Pocket ; pour en savoir plus sur l’auteur. Et, pour situer les lieux – ou si ça vous intéresse de partir sur les traces du commissaire.

Post Scriptum – 28 décembre 2018 :

Quelqu’un m’a passé un Camilleri, « Nid de vipères », au Fleuve noir (2018), en me disant « Lis ne serait-ce que l’avertissement du traducteur, j’ai jamais vu ça, il est fou. »

Effectivement. Et je tire mon chapeau aux francophones qui auraient lu ce récit dans cette traduction de Serge Quadruppani.

Il cherche à rendre en français l’impression que donnerait, pour un Italien moyen, la lecture du mélange d’italien classique et des dialectes siciliens employés par l’auteur pour faire parler ses différents personnages. Cela donne, par exemple : « la forêt inextricable dans laquelle Livia et lui s’étaient aretrouvés… » (p. 11, à la première phrase) ou, un peu plus loin, quand un agent informe le commissaire Montalbano : « Un ‘micide il y eut ! » – et le commissaire se rend sur les lieux « en suivant les ‘nstructions de Fazio… » (p.­ 15).

C’est n’importe quoi.

Catherine Chahnazarian

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.

Un site WordPress.com.

Retour en haut ↑